Digital Collaboration Specialist avec brevet fédéral

Formations professionnelles supérieures

Introduction

Le Digital Collaboration Specialist(1) avec brevet fédéral soutient la transformation numérique des entreprises. Il dispose de connaissances techniques et d'une grande expertise dans l'utilisation des outils numériques actuels pour un usage professionnel au quotidien. Son travail est caractérisé par une forte orientation service. Sa tâche principale consiste à préparer les clients et les collaborateurs à l'ère numérique.

Les exigences de l’examen pour l’obtention du titre « Digital Collaboration Specialist » avec brevet fédéral sont définies par « ICT-Formation professionnelle Suisse », l'organisation nationale du travail (OrTra) pour les métiers de l’informatique (www.ict-formationprofessionnelle.ch), en collaboration avec l’Unité de pilotage informatique de la Confédération (UPIC) et des représentants de l’économie. « ICT-Formation professionnelle Suisse » est également responsable de la définition et de l'organisation des examens.

Le Digital Collaboration Specialist est positionné au niveau 6 du CNC – Cadre National de Certification qui comprend 8 niveaux.

Le brevet fédéral est le 1er diplôme de la formation professionnelle supérieure. Il s'agit de formation continue qui permet l’obtention d’une reconnaissance officielle des connaissances et compétences sans recommencer une longue formation de base déjà acquise. Il peut être complété par le diplôme fédéral qui est le plus haut diplôme de la formation professionnelle supérieure. Le diplôme fédéral permet à son tour d’accéder aux études HES ou universités en vue de l’obtention d’un MAS (Master of Advanced Studies), d’un CAS (Certificate of Advanced Studies) ou d’un MBA (Master of Business Administration).

Documentation pdf ...

_______________
(1) Afin de faciliter la lecture, par la suite, seul le masculin est utilisé pour désigner les deux genres.

Dates, Prix, Inscription

La formation, d'une durée de 51 jours, se déroule chaque année de février à septembre de l'année suivante pour préparer aux examens fédéraux qui se déroulent chaque année en novembre. Les cours se déroulent généralement les vendredis et samedis toutes les 2 semaines de 9h00 à 12h00 et de 13h00 à 16h00 et 15h00 les samedis.
Selon notre expérience, la réussite des examens implique en plus du cours et des exercices dirigés, un travail personnel d´assimilation conséquent dont la charge est estimée à 2 jours par jour de cours.
Digital Collaboration Specialist
Durée
51
Prix
CHF 15'300.-
Prix/j.
CHF 300.-
Cycle 2023 - 2024
En 2023
10, 11, 24, 25 fév, 10, 11, 24, 25, 31 mar, 1, 21, 22 avr, 5, 6 mai, 2, 3, 9, 10, 23, 24 jun, 25, 26 aoû, 8, 9, 22, 23 sep, 6, 7, 20, 21 oct, 3, 4, 17, 18 nov, 1, 2, 15, 16 déc 2023
En 2024
5, 6, 19, 20 jan, 2, 3, 16, 17 fév, 1, 2, 15, 16 mar, 6 avr 2024
Prix avec le subventionnement :
  • CHF 7'650.-, soit CHF 150.- par jour avec la subvention de 50 % de la Confédération pour tout candidat(e) payant ses impôts en Suisse.
  • CHF 5'150.-, soit CHF 100.- par jour avec la subvention supplémentaire de 25 % de la fondation FONPRO pour candidat(e) travaillant dans une entreprise située dans le canton de Vaud.
Subventionnement jusqu'à 75 % pour la formation : plus de renseignements ...
Le prix du cours comprend toute la documentation pédagogique distribuée comprenant des ouvrages, supports de cours, supports de présentation, exercices avec corrigés et examens à blanc avec corrigés.
Le prix du cours n'inclut pas la taxe d'examen, non soumis à la TVA, montant subventionné à hauteur de CHF 3'000.- par la FONPRO et facturé par ICT-Formation professionnelle Suisse.
Modalités de paiement : plus de renseignements ...

Plan de formation et compétences à acquérir

La formation est composée de 12 modules officiels et d'un module ISEIG de travaux interdisciplinaires mettant en pratique la matière de tous les modules et de préparation aux examens.

  • Business Engineering
    • 625 - Vérifier et évaluer des outils de collaboration numérique
      Le Digital Collaboration Specialist observe en permanence l’offre sur le marché des outils de collaboration numérique, les spécifications des fournisseurs et évalue l’adéquation des outils dans le contexte d’une organisation.
    • 626 - Sélectionner des canaux et outils numériques en fonction des besoins
      Sur la base d’un besoin concret de collaboration, il sélectionne les canaux et outils numériques en fonction des groupes cibles et du contexte et prépare leur déploiement et leur exploitation dans une organisation.
    • 631 - Concevoir des interactions centrées sur l’utilisateur
      Il conçoit l’interaction entre l’homme et la technologie avec une approche centrée sur l’utilisateur et assure une expérience utilisateur optimale (User Experience UX) avec des produits ou des services.
  • Business Management
    • 628 - Gérer et optimiser les canaux numériques
      Il élabore des directives sur l’utilisation et le contenu des canaux numériques, vérifie en permanence les performances, l’efficacité et le respect des directives sur les canaux et, si nécessaire, prend des mesures correctives et d’amélioration appropriées.
    • 630 - Planifier et diriger des rencontres interactives
      Il planifie, organise et anime des réunions, des ateliers et des séquences d’apprentissage analogiques, numériques ou hybrides, et assure le suivi des résultats.
    • 633 - Initialiser et accompagner les processus de changement
      Il analyse l’environnement d’un projet de changement, modère l’évolution de la vision et des objectifs du changement et aide l’organisation à mettre en œuvre le changement.
    • 646 - Observer et évaluer les innovations et les tendances
      Il observe en permanence les innovations et les tendances, évalue leur potentiel pour son organisation, compare les avantages potentiels aux efforts d’intégration et élabore une feuille de route pour l’introduction d’une technologie.
  • Gestion des données
    • 632 - Analyser et évaluer les données
      Il définit, sur la base de questions spécifiques, les exigences applicables aux bases de données, vérifie, examine et analyse les données après leur collecte et prépare les résultats en fonction des groupes cibles.
  • Multimédia
    • 627 - Produire du contenu pour les médias numériques
      Sur la base des besoins client, il élabore un concept de présentation de contenus visuels et audiovisuels, produit le contenu et le publie sur des canaux numériques appropriés.
  • Project Management
    • 690 - Planifier, diriger et superviser des projets
      Il structure et planifie un projet sur la base de la mission de projet définie, mène et supervise le projet pendant la réalisation et informe périodiquement les décideurs de l’avancement du projet.
  • Gestion des services
    • 629 - Développer des séquences d’apprentissage
      Il développe des séquences d’apprentissage analogiques, numériques ou hybride adaptées aux besoins et planifie leur réalisation et leur évaluation.
    • 634 - Maintenir un paysage des services pour la collaboration numérique
      Il coordonne les solutions de collaboration numérique et leurs dépendances au sein d’une organisation, spécifie les exigences pour les nouvelles solutions, aide les professionnels à introduire de nouvelles solutions et évalue périodiquement le degré de maturité de la collaboration numérique au sein d’une organisation comme base d’amélioration continue.
  • Travaux pratiques interdisciplinaires et préparation aux examens - module ISEIG
    • S08 - Digital Communication Specialist

625

Business Engineering

Vérifier et évaluer les outils de collaboration numérique

Suivre en permanence l’offre du marché en matière d’outils de collaboration numérique, vérifier les spécifications des fournisseurs et évaluer l’adéquation des outils dans le contexte d’une organisation.

1
Obtenir de manière proactive et autodirigée des informations sur les innovations et les tendances en matière d’outils de collaboration sur une base continue et évaluer la qualité et la crédibilité des informations.
1.1
Connaître les sources d’information appropriées (par exemple Gartner Hype Cycle, Tech Trend Reports, conférences, études).
1.2
Connaître les outils de collaboration les plus courants ainsi que les leaders du marché.
1.3
Connaître les indicateurs permettant d’évaluer la qualité et la crédibilité des informations (par exemple auteur, éditeur, format, références de la source, actualité, vérifiabilité, reproductibilité) et pouvoir expliquer leur pertinence pour différentes sources.
2
Vérifier les spécifications des fournisseurs des outils de collaboration en utilisant des méthodes appropriées et enregistrer les résultats de manière structurée et compréhensible.
2.1
Connaître les méthodes et techniques de vérification fonctionnelle (par exemple tests d’application, phase d’introduction pilote).
2.2
Connaître la différence entre vérifier (vérifier que quelque chose est correct) et tester (vérifier que quelque chose fonctionne correctement).
3
Analyser les exigences techniques pour l’utilisation d’un outil de collaboration et identifier les conséquences possibles de son utilisation dans le contexte spécifique d’une organisation.
3.1
Connaître les architectures logicielles de base des outils de collaboration (par exemple application de bureau (desktop), application web, service web) et pouvoir expliquer leurs caractéristiques et leurs exigences techniques.
3.2
Connaître les modèles de base pour le fonctionnement des applications (client-serveur, P2P, sur site, hébergement) et pouvoir expliquer leurs caractéristiques et leur pertinence pour les outils de collaboration.
3.3
Connaître les différentes solutions de cloud (par exemple Private Cloud, Public Cloud, Hybrid Cloud, Community Cloud) et les modèles de service (IaaS, PaaS, SaaS) et pouvoir expliquer leurs caractéristiques et leurs différences.
4
Examiner les outils de collaboration au regard des exigences légales ou réglementaires en matière de protection et de sécurité des données et évaluer leur compatibilité avec les directives d’une organisation.
4.1
Connaître les exigences légales en matière de protection des données (LPD) lors du traitement ou de la conservation de données sensibles (par exemple traitement et évaluation des données personnelles, exigences en matière de surveillance du comportement personnel).
4.2
Connaître l’importance de la sauvegarde, de l’archivage et de la restauration des données pour une organisation et pouvoir expliquer les stratégies appropriées pour y parvenir.
4.3
Connaître les exigences techniques de base pour la sauvegarde des données (par exemple règle 3-2-1 pour la sauvegarde des données, cryptage des données, compression des données).
5
Déterminer les coûts matériels ponctuels et récurrents pour l’utilisation d’un outil dans le contexte d’une organisation.
5.1
Connaître la différence entre les coûts matériels et les coûts de personnel et pouvoir expliquer les coûts typiques engendrés par l’utilisation ou le développement de logiciels (par exemple licences, matériel, périodes de formation).
5.2
Connaître la différence entre les coûts d’investissement, les coûts d’exécution du projet et les coûts d’exploitation.
5.3
Connaître les différentes formes de licences de logiciels (par exemple Open Source, Freeware, logiciel propriétaire) et pouvoir expliquer les droits d’utilisation des normes habituelles (par exemple CCL, GNU GPL).
5.4
Connaître les différents modèles de licence (par exemple licences basées sur l’utilisateur, sur l’utilisation, sur les fonctions, licences uniques ou basées sur le volume) et pouvoir expliquer leurs caractéristiques en termes de prix et de facturation.
6
Classifier et évaluer l’outil en fonction de ses capacités, de ses faiblesses, de ses domaines d’application et de ses avantages pour l’organisation.
6.1
Connaître les différentes catégories dans le domaine du Travail coopératif assisté par ordinateur (CSCW Computer Supported Collaborative Work), par exemple systèmes de vidéo-conférence, systèmes d’aide à la décision, cocréation avec des éditeurs multi-utilisateurs).
6.2
Connaître des modèles appropriés pour classer les outils de collaboration (modèle de collaboration 3C et 4C, matrice spatio-temporelle selon Johansen).
6.3
Connaître les méthodes d’évaluation quantitative (par exemple comparaison des coûts) et qualitative (par exemple matrice de préférences, analyse de l’utilité).
Durée (Jours)

626

Business Engineering

Choisir les canaux et les outils numériques selon la situation

Sur la base d’un besoin concret de collaboration, sélectionner les canaux et outils numériques de soutien de manière spécifique au groupe cible et adaptée à la situation et préparer leur introduction et leur exploitation dans une organisation.

1
Analyser et vérifier conjointement avec le mandant le besoin de collaboration.
1.1
Connaître différentes techniques de questionnement (par exemple question ouverte, question fer-mée, question circulaire, question à échelle) et pouvoir expliquer leur utilisation et leurs bénéfices en dialoguant avec le client.
1.2
Connaître les rôles typiques dans l’ingénierie de la collaboration et pouvoir expliquer leurs tâches dans le développement d’un processus de collaboration.
1.3
Connaître les 6 niveaux de l’ingénierie de la collaboration (objectifs de collaboration, produits de groupe, activités de groupe, procédures de groupe, outils de collaboration, comportement de colla-boration) et pouvoir expliquer leur importance dans le développement d’un processus de collaboration.
1.4
Connaître le modèle de collaboration 3C et 4C (communication, coordination, coopération, collaboration).
1.5
Connaître le Business Model Canvas pour analyser et décrire les modèles d’entreprise et les tran-sactions et pouvoir expliquer son importance dans la clarification d’un besoin du client.
2
Identifier et décrire les groupes cibles pertinents de la collaboration.
2.1
Connaître les caractéristiques démographiques (par exemple âge, sexe, lieu de résidence), les caractéristiques socio-économiques (par exemple profession, éducation, revenu), les caractéristiques psychographiques (par exemple motivation, style de vie, valeurs) et les caractéristiques comportementales (par exemple l’utilisation des médias) pour identifier et définir des groupes cibles.
2.2
Connaître les méthodes qualitatives d’analyse des groupes cibles (par exemple diagramme d’affinité, entretien avec un groupe cible, recherches ethnographiques dans les médias sociaux).
2.3
Connaître les méthodes quantitatives d’analyse des groupes cibles (par exemple enquêtes, analyses du web et du trafic, études de marché).
2.4
Connaître les méthodes et techniques de description et de classification des groupes cibles (par exemple Persona, User Stories, Empathy Map, Sinus Milieus).
3
Définir les objectifs et les mesures spécifiques au groupe cible pour la collaboration numérique, en tenant compte des risques et des pièges éventuels.
3.1
Connaître les risques et les pièges typiques des canaux et outils numériques.
3.2
Connaître les dimensions permettant de rendre opérationnels les objectifs de collaboration (par exemple contenu, portée, temps, domaine d’application).
3.3
Connaître les modèles courants de description des objectifs (par exemple SMART, PURE, CLEAR).
4
Déterminer les exigences de collaboration en fonction des besoins du client.
4.1
Connaître les produits de groupe possibles d’un processus de collaboration.
4.2
Connaître les activités de groupe possibles dans des processus de collaboration.
4.3
Connaître les modèles et procédures typiques de collaboration (générer, réduire, clarifier, organiser, évaluer, rechercher des consensus).
4.4
Connaître les formes organisationnelles agiles et sociocratiques de collaboration (par exemple Scrum, SAFe, Kanban, modèle Spotify, Holacratie, Sociocratie 3.0) et pouvoir expliquer leur signification et leur adéquation dans les processus de collaboration.
5
Définir les canaux spécifiques au groupe cible.
5.1
Connaître les caractéristiques de la communication unidirectionnelle, bidirectionnelle, synchrone et asynchrone.
5.2
Connaître les forces, les faiblesses et les risques des différents canaux numériques (par exemple téléphone, courrier électronique, messagerie instantanée / chat, appels vidéo, médias sociaux, Wiki, blogs, forums, Newsletters).
5.3
Connaître les forces, les faiblesses et les risques des différents canaux analogiques (par exemple contact personnel, lettres et colis postaux, presse écrite, présentations dans les foires commerciales)
6
Sélectionner les outils de collaboration appropriés pour chaque canal.
6.1
Connaître les outils de collaboration analogiques et numériques et pouvoir en expliquer les forces, les faiblesses, les risques, les domaines d’application et les avantages en fonction de la situation.
7
Définir les mesures techniques et organisationnelles nécessaires à l’introduction et à l’exploitation des canaux et outils en collaboration avec les divisions spécialisées.
7.1
Connaître l’organisation et les interfaces de la gestion des services ICT dans une organisation.
7.2
Connaître les exigences légales et opérationnelles de la protection et de la sécurité des données lors de l’exploitation des canaux et outils numériques.
7.3
Connaître les mesures organisationnelles pour l’introduction et l’exploitation des canaux numériques (par exemple formations, directives d’utilisation, mesure de l’efficacité et gestion).
Durée (Jours)

627

Multimedia

Produire du contenu pour les médias numériques

Développer un concept de présentation de contenu visuel et audiovisuel en fonction d’un besoin du client, produire le contenu et le publier sur des canaux numériques sélectionnés.

1
Clarifier avec le mandant le message, les canaux et le contexte général d’une publication.
1.1
Connaître les techniques de questionnement et de créativité appropriées pour recueillir, transcrire et structurer le contenu de la communication avec le client.
1.2
Connaître les caractéristiques centrales d’un message essentiel (par exemple individualité, crédibilité, pertinence pour le groupe cible, compréhensibilité, concision) et pouvoir expliquer leur importance pour la communication.
1.3
Connaître les forces, les faiblesses et les risques des différents canaux analogiques et numériques et pouvoir expliquer leur utilisation en fonction du contexte.
2
Développer un concept avec les éléments de contenu, leur utilisation et leur séquence et le présenter au mandant.
2.1
Connaître les éléments typiques des concepts de communication et de conception (par exemple résumé, exposé, script, Storyboard, réclamation, brouillon, directive de conception).
2.2
Connaître les principes de la dramaturgie dans la narration numérique.
2.3
Connaître les critères permettant de déterminer le mix média (par exemple valeurs, culture et philosophie d’une organisation, objectif, marque, produit, groupes cibles, langue, budget).
2.4
Connaître les aides à la planification pour la mise en oeuvre du concept (par exemple liste de matériel et d’accessoires, planning de tournage ou d’enregistrement).
3
Elaborer les messages textuels nécessaires en collaboration avec le mandant.
3.1
Connaître les caractéristiques des bons messages textuels (par exemple formule AIDA, concision, faits, motsclés, émotions, Unique Selling Proposition) et pouvoir expliquer leur utilisation et leur effet à l’aide d’exemples.
3.2
Connaître les éléments essentiels pour la conception de messages textuels (par exemple typographie, trame et miroir, couleur) et pouvoir expliquer leur utilisation et leur effet à l’aide d’exemples.
4
Développer ou se procurer le matériel d’image, de son et de film nécessaire.
4.1
Connaître les différents formats d’image, de son et de vidéo et pouvoir expliquer leurs propriétés (par exemple résolution, espace couleur, compression) et leurs domaines d’application.
4.2
Connaître les éléments essentiels pour la conception d’images et de matériel cinématographique (par exemple composition de l’image, nombre d’or, perspectives, ralenti, animation) et pouvoir expliquer leur utilisation et leur effet à l’aide d’exemples.
4.3
Connaître les fonctions et le maniement des équipements et outils de production d’images, de sons et de films.
4.4
Connaître les fonctions et le maniement des outils de postproduction de l’image, du son et du matériel cinématographique (par exemple montage, filtres, doublage, sous-titrage, correction des couleurs).
4.5
Connaître les sources d’acquisition d’images, de sons et de films externes et pouvoir expliquer les modèles de licence pertinents pour la propriété intellectuelle et le contenu (par exemple Creative Commons, Royalty Free).
4.6
Connaître les bases du droit d’auteur, du droit des brevets, du droit des marques et du droit des dessins et modèles en Suisse et dans l’UE et pouvoir expliquer leur importance pour une utilisation conforme au droit d’auteur.
5
Développer des modèles pour une présentation uniforme du contenu.
5.1
Connaître les possibilités et l’utilisation des modèles (Templates) dans les outils bureautiques courants, les Content Management Systems (CMS) configurables de manière déclarative et les médias sociaux.
5.2
Connaître les exigences relatives à la Corporate Identity (CI) de l’organisation et pouvoir expliquer l’importance du Corporate Design pour la présentation du contenu.
5.3
Connaître les outils permettant de créer et de modifier des éléments graphiques pour les modèles (par exemple icônes, bannières, photos de profil).
6
Assurer le contrôle qualitatif et fonctionnel des contenus.
6.1
Connaître les méthodes, techniques et outils pour les tests qualitatifs et fonctionnels des contenus numériques (par exemple test A/B, Multivariate Test (MVT), Usability Test, Duplicate Content Checker, Cross Browser Testing, Broken-Link-Checkers).
6.2
Connaître les outils d’amélioration grammaticale et stylistique des textes (par exemple outils d’analyse de texte, outils de création, outils de traduction, lectorat).
6.3
Connaître les outils permettant d’améliorer la qualité de l’image, du son et du matériel cinématographique.
7
Intégrer et publier le contenu sur les canaux numériques sélectionnés.
7.1
Connaître l’importance du calendrier et des fréquences des publications sur les canaux numériques.
7.2
Identifier les mesures de soutien pour générer une portée supplémentaire après la publication de nouveaux contenus (par exemple Hashtags, Shares sur les médias sociaux, commentaires, Newsletters).
Durée (Jours)

628

Business Management

Gérer et optimiser les canaux numériques

Elaborer des lignes directrices pour l’utilisation et le contenu des canaux numériques, examiner en permanence les performances, l’efficacité et la conformité sur les canaux, et lancer les actions correctives et d’amélioration appropriées le cas échéant.

1
Définir des lignes directrices pour l’utilisation des canaux numériques dans une organisation.
1.1
Connaître les bases légales (par exemple droit de donner des instructions selon l’art. 321d CO, restrictions dans le PFPDT) et les recommandations pertinentes (par exemple PFPDT) pour l’utilisation professionnelle et privée des outils de communication et d’information dans une organisation.
1.2
Connaître les exigences relatives à la Corporate Identity (CI) de l’organisation.
1.3
Connaître les modèles de licence propriétaires et ouvertes (par exemple achat, location, GNU GPL, BSD) et pouvoir expliquer leur signification pour l’utilisation légitime des canaux numériques.
1.4
Connaître les risques possibles de l’utilisation des canaux numériques (par exemple utilisation abusive, atteinte à l’image, violation des données, cybermenaces) et pouvoir expliquer leur impact potentiel sur une organisation.
1.5
Connaître les éléments de contenu essentiels des directives d’utilisation (par exemple champ d’application, intérêts et objectifs, mesures de protection, règles d’utilisation, règles de surveillance, abus et sanctions).
2
Définir des lignes directrices et des processus pour le développement et la publication de contenu pour les canaux numériques.
2.1
Connaître les rôles et tâches pertinents dans le développement de contenu et pouvoir expliquer leurs responsabilités dans le processus de développement.
2.2
Connaître les bases du droit d’auteur, du droit des brevets, du droit des marques et du droit des dessins et modèles en Suisse et dans l’UE et pouvoir expliquer leur importance pour une utilisation conforme du contenu.
2.3
Connaître les modèles de licence pertinents pour la propriété intellectuelle du contenu (par exemple Creative Commons, Royalty Free).
2.4
Identifier les contenus interdits, répréhensibles ou nuisibles à l’image (par exemple racisme, sexisme, pornographie, violence, politique, religion, publicité).
3
Définir des paramètres pour mesurer la performance et l’efficacité des canaux numériques.
3.1
Connaître les 4 niveaux d’impact de la communication (Input, Output, Outcome et Outflow).
3.2
Distinguer la performance (efficience, économie) et l’efficacité (effectivité) des mesures de communication et de collaboration et les expliquer à l’aide d’exemples.
3.3
Connaître la signification des termes «conversion» (Conversion) et «funnel» dans le contexte de la mesure de la performance et de l’efficacité des canaux numériques.
3.4
Connaître les chiffres clés typiques au niveau de l’Input (par exemple coûts de personnel, coûts d’outsourcing).
3.5
Connaître les chiffres clés types au niveau de l’Output interne (par exemple respect du budget, taux d’erreurs, temps de traitement, indices de lisibilité tels que FRE ou GFI) et de la production externe (par exemple portée, nombre de clics, de visiteurs, de messages (Posts), de coupures de journaux, de téléchargements).
3.6
Connaître les chiffres clés types au niveau des résultats directs et indirects (par exemple interactions, taux de participation, taux de conversion, pistes, ventes, visiteurs qui reviennent, taux de clics (CTR), durée de visite).
4
Examiner et évaluer périodiquement la performance et l’efficacité des canaux numériques et proposer des mesures d’amélioration si nécessaire.
4.1
Connaître les outils permettant de mesurer la performance et l’efficacité des canaux numériques (par exemple outils de suivi, outils de gestion et d’analyse des médias sociaux, outils de marketing de contenu, recherche de tendances, moteurs de recherche spécifiques).
4.2
Connaître les mesures techniques et organisationnelles permettant d’améliorer la performance et l’efficacité des canaux numériques (par exemple SEO, influenceurs, mesures issues du marketing de recommandation, plateformes de Rating et de forums, publicité, Community Buildings, dialogue avec les clients).
5
S’assurer du respect des directives d’utilisation des canaux numériques dans une organisation et initier des mesures d’amélioration ou des sanctions adéquates si nécessaire.
5.1
Connaître les moyens organisationnels pour analyser l’utilisation des canaux numériques (par exemple échantillonnages, enquêtes, entretiens).
5.2
Connaître les possibilités techniques d’analyse de l’utilisation des canaux numériques (par exemple enregistrement du trafic réseau, analyse des Logfiles, filtrage de contenu, Black- et Whitelists).
5.3
Connaître les mesures techniques et organisationnelles visant à favoriser le respect des directives (par exemple blocage des canaux numériques, quota de stockage, limites de temps ou de volume d’utilisation, sensibilisation ou formation des employés/es).
5.4
Connaître les sanctions possibles en vertu du droit du travail en cas d’utilisation inappropriée et les exigences légales en matière de proportionnalité ainsi que l’annonce et la déclaration dans les directives d’utilisation.
6
Vérifier périodiquement la conformité du contenu sur les canaux numériques et apporter des corrections si nécessaire.
6.1
Connaître les moyens de vérifier la satisfaction des utilisateurs ou des clients (par exemple canal de dialogue, enquête, Rating).
6.2
Connaître les possibilités de détecter et de corriger les contenus défectueux ou inadmissibles (par exemple Broken-Link-Check, modération de contenu, fonction de signalement, moteurs de recherche d’images, outil d’analyse de texte, contrôle du plagiat).
7
Tirer les Best Practices de l’expérience acquise avec les canaux numériques, les préparer d’une manière adaptée au groupe cible et les ancrer dans l’organisation.
7.1
Connaître les moyens de structurer et de collecter les connaissances dans une organisation (par exemple carte des connaissances, Wiki, bases de données de connaissances).
7.2
Connaître les moyens de préparer et de mettre à disposition les connaissances et les Best Practices (par exemple FAQ, tutoriels, vidéos explicatives, modèles, Whitepapers, Success Stories).ériques.
Durée (Jours)

629

Service Management

Développer des séquences d’apprentissage

Développer des séquences d’apprentissage analogiques, numériques ou hybrides, adaptées aux besoins et aux groupes cibles, et planifier leur mise en oeuvre et leur évauation.

1
Clarifier un besoin et les conditions cadres de la formation avec le mandant.
1.1
Connaître les différentes techniques de questionnement (par exemple question ouverte, question fermée, question circulaire, question à échelle) et pouvoir expliquer leur utilisation et leurs avantages dans le dialogue avec le mandant.
1.2
Connaître les conditions cadres pertinentes pour les séquences d’apprentissage (par exemple thème, attentes du mandant, groupes cibles et conditions préalables des participants, conditions spatiales et temporelles, budget).
1.3
Connaître les différences entre les connaissances, les aptitudes, les capacités et les compétences opérationnelles et pouvoir expliquer leur importance pour la conception d’une séquence d’apprentissage.
2
Analyser les groupes cibles et formuler les objectifs de la formation.
2.1
Connaître les caractéristiques démographiques (par exemple âge, sexe, lieu de résidence), les caractéristiques socio-économiques (par exemple profession, éducation, revenu), les caractéristiques psychographiques (par exemple motivation, style de vie, valeurs) et les caractéristiques comportementales (par exemple utilisation des médias) pour l’identification et la définition des groupes cibles.
2.2
Connaître les modèles et concepts de différenciation des styles d’apprentissage (par exemple Kolb, Honey & Mumford) et pouvoir expliquer leur signification pour la conception de séquences d’apprentissage.
2.3
Distinguer entre les objectifs d’apprentissage cognitifs, affectifs et psychomoteurs et pouvoir expliquer la signification des taxonomies des objectifs d’apprentissage (par exemple Bloom, Roth).
2.4
Connaître les éléments permettant de rendre opérationnels les objectifs d’apprentissage et de formation (par exemple comportement final, conditions, échelle).
2.5
Connaître les modèles courants de description des objectifs (par exemple SMART, PURE, CLEAR).
3
Choisir des formats appropriés pour la séquence d’apprentissage en tenant compte des conditions cadres et des groupes cibles.
3.1
Connaître les différents formats de séquences d’apprentissage (Online, Offline et Blended) et pouvoir en expliquer les avantages et les inconvénients.
3.2
Connaître les concepts de base de l’enseignement et de l’apprentissage (cours magistral, tutorat, apprentissage collaboratif, autodirigé et virtuel) et pouvoir expliquer leurs différences en matière de didactique, de formes sociales et de travail.
3.3
Connaître les possibilités et les limites des outils de collaboration numérique lorsqu’ils sont utilisés dans des séquences d’apprentissage en ligne ou hybrides.
4
Planifier et calculer les ressources (personnel, temps et matériel) nécessaires à la mise en oeuvre de la séquence d’apprentissage et préparer une estimation des coûts.
4.1
Connaître les éléments de la planification complète et détaillée d’une séquence d’apprentissage (par exemple contenu, objectif d’apprentissage, temps, méthode, matériel).
4.2
Connaître les coûts et les taux de facturation habituels du secteur et du marché pour le personnel et les ressources auxiliaires.
4.3
Connaître des modèles de calcul simples pour le calcul du travail et des coûts.
5
Préparer le contenu de la séquence d’apprentissage de manière méthodique et didactique.
5.1
Connaître les modèles et concepts didactiques de base (apprentissage holistique avec la tête, les mains et le coeur, apprentissage orienté vers les problèmes et l’expérience, apprentissage autoorganisé, orientation vers l’action) et pouvoir expliquer leurs différences en ce qui concerne le rôle et la responsabilité des enseignants/es et des apprenants/es.
5.2
Connaître les différents formats de contenu linguistique (textes, conférences, audios), de contenu pictural (photos, dessins à main levée, diagrammes, modèles) et de contenu dynamique (animations, vidéos) et pouvoir expliquer les règles de conception et la manière de les utiliser efficacement.
5.3
Connaître les différentes méthodes d’apprentissage (par exemple cours, démonstrations, jeux, jeux de rôle, discussions, exercices pratiques) et pouvoir expliquer leur adéquation et l’importance de la combinaison de méthodes pour un apprentissage complet.
5.4
Connaître les outils numériques de collaboration dans les processus d’apprentissage (par exemple portefeuilles d’apprentissage, applications d’apprentissage, Wiki, Whiteboards numériques, outils de questionnement, jeux d’apprentissage).
6
Développer des outils appropriés pour la vérification des objectifs de formation et pour l’évaluation de la séquence d’apprentissage.
6.1
Connaître les critères de qualité des tests (objectivité, fiabilité et validité) et pouvoir expliquer leur signification pour l’évaluation des performances et des compétences.
6.2
Connaître les différentes formes d’évaluation formative et sommative des objectifs de formation (par exemple tests oraux et écrits, examen pratique, portefeuille d’apprentissage, autocontrôle, travail de cas) et pouvoir expliquer leur adéquation et leur lien avec les objectifs de formation.
6.3
Connaître les dimensions typiques pour l’évaluation d’une séquence d’apprentissage par les participants (par exemple structure, contenu, prestation, engagement, climat d’apprentissage) et pouvoir expliquer leur importance pour l’amélioration de la qualité et son propre développement.
6.4
Connaître les différentes formes d’évaluation des séquences d’apprentissage par les participants (par exemple questionnaires, discussions de retour, baromètres d’humeur).
Durée (Jours)

630

Business Management

Planifier et conduire des réunions interactives

Planifier, organiser et animer des réunions, des ateliers et des séquences d’apprentissage analogiques, numériques ou hybrides et assurer le suivi des résultats.

1
Analyser le déclencheur, les objectifs donnés et les conditions cadres d’une réunion interactive et déterminer les participants.
1.1
Connaître les différents types de réunions interactives (par exemple Workshops, Standups, co-créations, session d’information, séquence d’apprentissage) et pouvoir expliquer leurs objectifs.
1.2
Connaître les critères de sélection des participants et pouvoir expliquer l’influence de la taille du groupe sur le choix du format et l’animation de la réunion.
2
Définir le calendrier, l’ordre du jour et établir un format approprié.
2.1
Connaître les repères et les meilleures pratiques (best practices) pour structurer des réunions efficaces en termes de temps.
2.2
Connaître les meilleures pratiques pour établir un ordre du jour complet (agenda, points de l’ordre du jour, points du programme).
2.3
Connaître les différents formats de réunions interactives (online, offline, hybride) et pouvoir expliquer leurs caractéristiques et leur adéquation à la situation.
3
Si nécessaire, effectuer une enquête de date pour la tenue de la réunion et fixer une date.
3.1
Connaître les best practices (à faire et à ne pas faire) en matière de prise de rendez-vous.
3.2
Connaître les outils numériques pour les enquêtes sur rendez-vous.
4
Planifier le déroulement temporel et méthodique de la réunion et organiser la technique, les salles, les intervenants et les autres ressources.
4.1
Connaître les éléments typiques du déroulement d’une réunion (par exemple introduction, présentation, discours d’ouverture, pause, collecte d’idées, prise de décision, conclusion) et pouvoir expliquer leurs caractéristiques et leur adéquation à la situation.
4.2
Connaître les critères de sélection des espaces physiques et virtuels en fonction de la situation.
4.3
Connaître les différentes techniques de modération et pouvoir expliquer leur adéquation à la situation (par exemple regroupement de thèmes, évaluation par points, constellations).
4.4
Connaître les techniques et outils analogiques et numériques pour visualiser les résultats du travail (par exemple tableau d’affichage numérique/analogique, Whiteboard).
4.5
Connaître les outils numériques pour le travail en groupe et la co-création à plusieurs.
5
Formuler et concevoir une invitation et l’envoyer à tous les participants.
5.1
Connaître les éléments d’une invitation complète (par exemple sujet, date, heure de début et de fin, objectifs, ordre du jour, inscription et désinscription, tâches préparatoires).
5.2
Connaître les exigences formelles et situationnelles pour les invitations spécifiques au groupe cible.
5.3
Connaître l’adéquation et les limites des différents supports numériques pour l’envoi d’invitations avec pièces jointes (par exemple présentation, pièces jointes, quantité de données, cryptage).
6
Diriger la réunion et pouvoir passer d’une forme et d’un canal à l’autre en fonction de la situation.
6.1
Connaître l’importance d’instruire les participants concernant les règles dans un cadre numérique.
6.2
Connaître les techniques et les best practices pour stimuler les participants.
6.3
Connaître les techniques et fonctions permettant de rendre les séquences d’apprentissage intéressantes et variées.
7
Evaluer la réunion avec des méthodes appropriées et assurer le suivi des résultats.
7.1
Connaître les possibilités d’évaluation des réunions par les participants (par exemple Feedback, Rating, baromètre d’humeur, questionnaire, évaluation des séquences d’apprentissage) et pouvoir justifier leur adéquation à la situation.
7.2
Connaître les possibilités d’enregistrement des résultats (par exemple protocole de décision, protocole d’entretien, protocole photo, enregistrement) et pouvoir expliquer leur adéquation à la situation.
7.3
Connaître les exigences pertinentes en matière de protection et de sécurité des données lors de la sauvegarde et du partage des résultats.
Durée (Jours)

631

Business Engineering

Concevoir des interactions centrées sur l’utilisateur

Concevoir l’interaction entre les personnes et la technologie avec une approche centrée sur l’utilisateur et assurer une expérience utilisateur (User Experience, UX) optimale avec les produits ou services.

1
Identifier les groupes d’utilisateurs potentiels de produits ou de services et définir l’étendue des besoins en matière de relevés.
1.1
Connaître les modèles de procédure et les concepts pertinents pour le développement de solutions et de produits centrés sur l’utilisateur (par exemple User Centred Design, Design Thinking, ISO 9241).
1.2
Connaître les caractéristiques démographiques, socio-économiques (par exemple profession, éducation, revenu), sychographiques (par exemple motivation, style de vie, valeurs) et comportementales (par exemple sensibilité au prix, utilisation des médias) pour l’identification et la définition des groupes cibles.
1.3
Connaître le Product Vision Board (Product Vision Canvas) pour décrire la vision, les groupes cibles et leurs besoins ainsi que les avantages d’un produit.
1.4
Connaître les techniques de représentation de l’environnement, le périmètre et les limites du système (diagramme de contexte, carte des parties prenantes, carte conceptuelle).
2
Choisir les méthodes appropriées pour effectuer les relevés des besoins des utilisateurs.
2.1
Connaître les méthodes de relevé des besoins (par exemple entretien, enquête, observation, étude de documents) et pouvoir en expliquer les avantages et les inconvénients.
2.2
Connaître les possibilités et les limites des instruments de réalisation de relevés.
3
Elaborer les instruments de réalisation de relevés en collaboration avec des experts/es et réaliser l’enquête sur les besoins des utilisateurs.
3.1
Connaître les différents types de questions (par exemple questions ouvertes et fermées, questions circulaires, questions à échelle) et pouvoir expliquer leur utilisation et leurs avantages dans les entretiens et les enquêtes.
3.2
Connaître les différents formats de questions et de réponses pour les questionnaires (par exemple choix unique ou multiple, Rating, classement, matrice, échelle de réponses paire ou impaire).
3.3
Connaître les critères de qualité des questionnaires (par exemple validité, fiabilité, représentativité).
4
Evaluer le relevé des besoins et valider les résultats avec d’autres professionnels/les.
4.1
Connaître la signification et le calcul du taux de réponse, de la taille de l’échantillon, de la marge d’erreur et de la population de base N.
4.2
Connaître les possibilités et les outils de présentation des données (tableaux, diagrammes).
4.3
Connaître les ratios courants dans l’agrégation statistique des données (par exemple min., max., moyenne, médiane, modale, écarttype, variance).
5
Spécifier le contexte d’utilisation et les exigences de la solution et les décrire sous une forme appropriée.
5.1
Connaître les éléments permettant de décrire le contexte d’utilisation (par exemple utilisateur, tâches, équipement, environnement physique et social).
5.2
Connaître des méthodes et des techniques pour la description structurée des groupes d’utilisateurs et des exigences (par exemple Persona, User Stories, Use Cases, Empathy Map).
5.3
Connaître les méthodes et techniques de structuration et de visualisation des exigences (par exemple Story Mapping avec Storyboards, Use Case Diagram, catalogue des exigences).
6
Elaborer une ébauche de solution concrète en tenant compte des exigences.
6.1
Connaître les différents aspects d’UX Design (par exemple UI Design, design interactif, aptitude au service)
6.2
Connaître les techniques de visualisation des interfaces utilisateur (par exemple Wireframe, Mock Up, prototype cliquable, prototype papier, modèle).
6.3
Connaître les techniques de modélisation et de visualisation des interactions (par exemple Customer Journey Mapping, diagramme d’interaction).
7
Valider l’expérience utilisateur sur la conception de la solution avec des méthodes de test appropriées.
7.1
Connaître les méthodes de test de l’expérience utilisateur (par exemple Usability Tests, questionnement qualitatif, User Tracking, Cognitive Walkthrough, Benchmarking, tests bêta).
7.2
Connaître les exigences en matière de traçabilité des tests et les moyens techniques pour l’assurer (par exemple journaux de tests, vidéo, enregistrements d’écran, données de suivi).
8
Evaluer les tests et répéter de manière itérative la spécification des exigences, la conception de la solution et la validation de l’expérience utilisateur jusqu’à ce que la conception de la solution réponde aux besoins des utilisateurs.
8.1
Connaître les méthodes et techniques de synthèse et de présentation des résultats d’essais (par exemple diagrammes, agrégation de données, tableaux de fréquence).
Durée (Jours)

632

Data Management

Analyser et évaluer les données

Définir les besoins de la base de données sur la base de questions concrètes, vérifier, examiner et évaluer les données après leur collecte et présenter les résultats d’une manière appropriée pour le groupe cible.

1
Clarifier avec le mandant les questions relatives à l’analyse des données et la forme attendue des résultats.
1.1
Connaître la différence et le lien entre les données et l’information.
1.2
Connaître différents formats de données (par exemple texte, image, son, photo, vidéo) et pouvoir expliquer leurs caractéristiques lorsqu’ils sont stockés.
1.3
Connaître les types d’échelle nominale, ordinale et métrique.
1.4
Connaître les paramètres typiques des questions statistiques (par exemple somme, nombre, moyenne).
2
Définir les exigences relatives à la base de données en tenant compte des questions.
2.1
Connaître les formats de fichiers typiques avec des données structurées (par exemple TXT, CSV, XML, JSON, tableur).
2.2
Connaître les caractéristiques structurelles des données (par exemple texte, tableaux, fiches de données) et pouvoir expliquer leur influence sur l’évaluation des données.
2.3
Connaître les types de données de base (par exemple nombre, date, heure, texte) et pouvoir expliquer leur signification pour le stockage des données.
2.4
Connaître les formes de description syntaxique et sémantique des données (par exemple Data Dictionary, forme étendue de Backus-Naur EBNF).
3
Vérifier la qualité des données collectées et les épurer si nécessaire.
3.1
Connaître les dimensions essentielles de la qualité des données (exhaustivité, absence d’ambiguïté et de redondance, actualité, uniformité) et pouvoir expliquer leur signification pour l’évaluation des données.
3.2
Connaître les outils de nettoyage et de transformation des données.
4
Examiner les données collectées à l’aide d’outils appropriés par rapport aux questions posées et vérifier la plausibilité des résultats.
4.1
Connaître les applications et les outils de traitement, d’évaluation et de visualisation des données (par exemple tableur, tableau).
4.2
Connaître les fonctions d’agrégat permettant de déterminer les paramètres statistiques somme, min., max., nombre, moyenne et médiane.
4.3
Connaître les tableaux croisés (tableaux croisés dynamiques) pour regrouper les données.
4.4
Connaître la différence entre validation et plausibilité des données et pouvoir l’expliquer à l’aide d’exemples.
5
Masquer, pseudonymiser ou anonymiser les données sensibles selon la situation, en tenant compte de la protection des données.
5.1
Connaître les exigences légales de la protection des données pour la pseudonymisation et l’anonymisation des données personnelles et pouvoir expliquer leur garantie avec des exemples d’application typiques.
5.2
Connaître des méthodes simples de masquage, de pseudonymisation et d’anonymisation des données (par exemple suppression, remplacement, raccourcissement, mélange) et pouvoir expliquer leur principe de fonctionnement.
6
Evaluer l’étude, préparer les résultats d’une manière adaptée au groupe cible et les présenter au client.
6.1
Connaître les différents types de diagrammes et pouvoir expliquer leur adéquation pour représenter les différents types d’échelle.
6.2
Connaître les méthodes et techniques de compression et de présentation des informations (par exemple compression des données, formation de chiffres clés, tableaux de fréquence, histogrammes, agrégation).
6.3